Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
adelante-conseils.overblog.com

Vous accompagner pour avancer.

DES TOROS NOIRS DE DEUIL

DES TOROS NOIRS DE DEUIL

Caissargues, le 10 janvier 2014

Bon d'être charitable, mais il vaut mieux tuer le diable que, par excès de vertu, te laisser tuer par lui (Frédéric MISTRAL, Les Olivades, 1912)

Il y a déjà 3 jours notre pays a été ensanglanté par trois odieux crimes contre nos libertés fondamentales.

La barbarie et l’intolérance se sont déchaînées dans toute leur horreur, cette même barbarie qui conduisit en 1944 les nazis à dynamiter le Mas SIMBEU après avoir fait mourir de tristesse l’un des piliers de la Nacioun Gardiano.

Ce dimanche alors qu’à Nîmes et partout en France des millions de personnes vont manifester leur réprobation devant de tels gestes, les arênes caissarguaise vont résonner des vivats adressés aux bioux vêtus de noir.

L’insouciance effrénée qui se dégage de cet encierro festif est choquant et donne une bien piètre image des valeurs de notre village si attaché aux traditions de la bouvine héritées de Folco de Barroncelli ou de Frédéric Mistral.

Ce sont en effet les mêmes qui, à chaque Féria, entonnent le Salve Regina et montent des chevaux Camargue qui, oubliant les sombres années 1940, vont nous détourner de ce devoir sacré qu’est la lutte pour la sauvegarde des nobles valeurs portées par Frédéric MISTRAL, prix Nobel de Littérature, et occuper nos esprits à des jeux de cirque.

Alors, certes, les temps ont changé mais s’est il écoulé tant de jours depuis mercredi dernier pour que l’on passe sous silence le fait que 17 personnes aient été exécutées par de lâches bourreaux, pour que seuls dans nos arênes les bioux braves portent la robe noire du deuil ?

Certes, je ne suis qu’un modeste citoyen mais je pousse, ici, un cri en appelant mes voisins à un sursaut valeureux.

J’en appelle aux organisateurs de cet encierro pour ne pas qu’ils oublient pas :

-que parmi les amis de l’un de ces martyrs (CABU) il y avait notre voisin Eddie PONS, un homme sensible à la détresse de son prochain ;

-que ceux dont ils vénèrent la mémoire et perpétuent les traditions se seraient, sans aucun doute et spontanément, levés contre toute forme d’intransigeance d’où qu’elle vienne tout comme ils avaient soutenu la République espagnole dans son combat désespéré et prophétique.

Alors, s’il est matériellement impossible de reporter ce rassemblement festif tâchons, au moins, d’en faire une marche digne de ce qui nous différencie de ces animaux qui vont nous amuser, ce qui fait de nous des Hommes : le goût de la Liberté, de la tolérance et le respect de la Vie !!!

ADELANTE Conseils

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article